Gustave LOISEAU - (1865 Paris - 1935 Paris)
Gustave Loiseau a peint peu de portraits, des bateaux, des bretonnes en coiffe sortant de la messe, le marché de Pont-Aven...
Vous êtes ici : Accueil » Gustave Loiseau » Gustave Loiseau - (1865-1935)

Gustave Loiseau - (1865-1935)


Gustave LOISEAU né à Paris en 1865, mort à Paris en 1935 :

Gustave Loiseau aime aussi la campagne pour elle-même. Il s’émerveille chaque année du rythme des saisons et de l’éveil du printemps dans les vergers de pommiers, de poiriers ou de cerisiers, reprenant souvent le même angle un coin de prairie ou de jardin, une allée de peupliers ou de saules ou bien, à l’époque des moissons, des gerbes de blé ou d’avoine. Ce goût immodéré pour les séries (dont nous avons d’autres exemples avec des vues de falaises, de quais ou d’églises normandes) rapelle bien évidemment Monet.

Si Gustave Loiseau a peint peu de portraits, il s’est toutefois intéressé avec passion aux personnages en mouvement --- inscrits sur la toile dans un ensemble ---, livrés à des activités quotidiennes : dockers s’affairant autour des bateaux, Bretonnes en coiffe sortant de la messe ou se rendant au marché de Pont-Aven, circulation intense des voitures place de la Bastille ou place de l’Etoile à Paris. C’est en particulier vers la fin de sa vie, lorsqu’il habite plus souvent la capitale, que l’artiste croque avec ardeur cette vie grouillante des rues commerçantes (rue de Clignancourt, avenue de Fiedland).

Cette énumération des thèmes traités par l’artiste serait tout à fait incomplète sans évoquer ses natures mortes car très tôt Gustave Loiseau a manifesté un intérêt croissant pour ce genre, qu’il appréhende d’ailleurs par sa technique d’une façon particulière : son style, essentiellement impressionniste dans ses paysages ou ses scènes de rues, acquiert pour l’occasion une résonnance classqique, une composition géométrique très sobre, presque synthétique, où l’on perçoit des préoccupations de fixité, de statisme, mieux adaptés à leur sujet (fleurs, fruits, faïences, gibier, poissons ou fruits de mer). Il peint en fait une grande quantité de natures mortes, notamment à partir des années 1920.

Ainsi Gustave Loiseau, imprégné des recherches et des sujets des impressionnistes, trouve-t-il très justement sa place à leur suite, tout en y apportant sa marque personnelle. Il faut cependant souligner encore une fois que cette vocation, cette détermination vis à vis de son art, proviennent chez lui élan spontané, qu’il n’a jamais eu l’intention de copier ou de plagier, ni d’appliquer une théorie. Son seul objectif, « Etre sincère », résumé bien l’œuvre de ce luministe discret et délicat, amoureux de la nature.

avec l’aimable participation de Monsieur :

Didier IMBERT

Dans la même rubrique

29 mai 2014 – Gustave Loiseau (1865 Paris - 1935 Paris)

28 mai 2014 – Les signatures de Gustave Loiseau

Rechercher

Articles les plus lus

1.  Formulaire de contact

2.  Peinture - Pastels - Tableaux (GUSTAVE LOISEAU)

3.  Les signatures de Gustave Loiseau

4.  Gustave Loiseau (1865 Paris - 1935 Paris)

5.  Mentions Légales

6.  Gustave Loiseau - (1865-1935)

7.  Participations & Contributions


7 au hasard

1.  Formulaire de contact

2.  Les signatures de Gustave Loiseau

3.  Participations & Contributions

4.  Gustave Loiseau (1865 Paris - 1935 Paris)

5.  Gustave Loiseau - (1865-1935)

6.  Peinture - Pastels - Tableaux (GUSTAVE LOISEAU)

7.  Mentions Légales


Les plus populaires

1.  Formulaire de contact

2.  Mentions Légales

3.  Peinture - Pastels - Tableaux (GUSTAVE LOISEAU)

4.  Les signatures de Gustave Loiseau

5.  Gustave Loiseau - (1865-1935)


Mots clés